ROBINSONS DE L'AIR

Résumé

Dans cet ouvrage, Danrit combine deux mystères demeurés en suspens quelques années plus tôt: la téméraire expédition au-dessus des étendues arctiques de l'explorateur suédois Salomon Andrée, parti avec deux compagnons vers le Pôle Nord en 1897, et qui avait disparu corps et biens, et celle du dirigeable français, le « Patrie », construit en 1906, qui fut irrésistiblement arraché par le vent après son atterrissage à Verdun et emporté par la tourmente vers l'Angleterre et l'Irlande, au-delà de laquelle il disparut en mer.  Aux côtés de l’officier Georges Durtal et de l’aventureuse Christiane de Soignes, le lecteur aura le plaisir de prendre une revanche romanesque sur ces deux destins trop vite brisés, et d’apprendre comment ce n’est pas l’Américain Robert Peary qui atteignit le premier le Pôle, en 1909. Danrit s’en était acquitté avant lui, par la plume !

 

Le ballon français « Patrie » rompt ses amarres à la suite d’un acte malveillant. A son bord, le lieutenant Georges DURTAL, officier aérostier et une jeune fille, Christiane de Soignes qu’il a imprudemment autorisée à visiter l’engin. Poussé par une tempête, le ballon atteint la Norvège, où il est recueilli par un milliardaire américain, à bord de son yacht. Celui-ci propose au jeune officier de louer ses services et son ballon pour gagner un pari en atteignant le Pôle Nord. Grisé par l’idée de planter le drapeau français au pôle, DURTAL accepte. Après un début de voyage sans difficultés autre que le froid intense, le Patrie s’approche du Pôle, mais, à la suite d’une fuite de gaz, il commence à se dégonfler et s’écrase sur la banquise. C’est donc à pied que les naufragés atteignent le Pôle Nord, pour y découvrir un drapeau suédois, sans doute planté là par les membres de l’expédition Andrée, quelques années plus tôt, en 1897. Dans une caverne proche, ils découvrent aussi les cadavres des membres de l’expédition. Ceux-ci seront réellement découverts en 1930, dans des conditions assez proches de celles imaginées par le capitaine DANRIT. Finalement, après une réparation de fortune, le « Patrie » leur permet de fuir la banquise mais s’échoue près de l’Alaska, où ils trouvent enfin de l’aide et peuvent rejoindre la France.

Editions

D'abord publié en feuilleton dans Le Journal des Voyages, du 18 octobre 1908 au 2 mai 1909, les Robinsons de l'Air ont été édité en parallèle dans une belle édition d'étrennes au format in-8°, à partir de novembre 1907, chez Flammarion.

Il a aussi été publié dans deux éditions bon marché: en 1910, dans la collection Auteurs célèbres (n°490) dans un petit volume au format in-16°, chez Flammarion, sous le titre "Un Dirigeable au Pôle Nord"; puis, en 1912, dans une collection illustrée à 95 centimes en un fascicule au format in-8°, toujours chez Flammarion.

Les Robinsons de l'Air seront réédités en 2012 par Encrage dans la collection Bibliothèque du Rocambole.

Les Robinsons de l'Air ont été traduits et édités dans plusieurs langues:

- en Allemand: Im Luftschiff zum Nordpol (Kiel, 1910)

- en Croate: Robinzoni Zraka (Zagreb)

- en Italien: I Robinson Dell' Aria (Milan, 1930)

- en Hollandais: Voortgedreven naar de Noordpool (Zalt-Bommel)

- en Tchèque: Robinsoni Vzduchu (Prague)

1/10

Dédicaces

Dédicace aux pionniers de l'Aérostation

"Je dédie ce livre aux trois bons Français MM. LEBAUDY, JULLIOT et JUCHMES

Qui ont donné, construit et conduit le premier dirigeable PATRIE, utilisé pour la défense nationale."

Commandant DRIANT Paris, 1909

Illustrations

Illustrations de Georges Dutriac

ME SUIVRE

  • Twitter Classic
  • Facebook Classic
  • c-youtube
  • Google+ Icône sociale

© 2018 par Emile DRIANT. Créé avec Wix.com